Pécresse satisfait les syndicats sur la forme, déçoit sur le fond

Publié le par Esprit Campus

20 minutes.fr  le 18 mai 2009

UNIVERSITE - La ministre de l'Enseignement supérieur a reçu les syndicats étudiants lundi après-midi. On y a négocié examens, bourses et logement, mais la LRU est restée absente des débats...


Le représentant de l’Uni (la droite universitaire) est sorti «très satisfait» de son entretien avec Valérie Pécresse. Celui de l’Unef, beaucoup moins. C’était un peu festival, ce lundi après-midi, dans le bureau de la ministre de l’Enseignement supérieur, où dès 15h30 les organisations étudiantes (Unef, Uni, Fage, CE, PDE) se sont succédé par intervalle de 40 minutes pour discuter des réponses à apporter à la crise universitaire. Valérie Pécresse a répondu à certaines attentes, notamment celle d’accorder un mois de bourse supplémentaire aux étudiants dont les examens seront décalés en juillet ou septembre, mais a déçu sur d'autres points. Notamment les syndicats qui attendaient un geste du ministère pour les négociations à venir. __«Pas d’éléments satisfaisants, mais des garanties nouvelles pour les étudiants en difficulté», résume Jean-Baptiste Prévost à la sortie de son entrevue. Le président de l’Unef avait provoqué cette succession de rendez-vous en demandant, le 14 mai, à la ministre de bien vouloir recevoir l’UNEF. «Des gestes d’apaisement sont nécessaires», avait-il écrit. Après presque une heure de discussion ce lundi après-midi, il regrette «de ne pas avoir été entendu sur le fond». «Ce n’est pas avec ce qu’elle (la ministre) a annoncé qu’elle va créer les conditions d’une sortie de crise, commente-t-il. Il y a encore beaucoup à faire mais Valérie Pécresse n’en prend pas encore toute la mesure. »

«Ca arrive un peu tard, mais c’est bien»
Parmi les mesures annoncées par la ministre, figurent en premier lieu des aides d’accompagnement social. Les étudiants résidant en ville ou en cité U pourront faire une demande de logement étudiant pour le mois de juillet. «Là-dessus, on est content», confie la secrétaire nationale de la Confédération étudiante, Enora Hamon. La ministre a également affirmé, et c’était l’une des revendications communes à plusieurs syndicats, qu’aucun étudiant étranger ne serait pénalisé pour sa demande de renouvellement de titre de séjour. De même, les étudiants qui auraient dû se voir privés de bourse l’an prochain pour «manque d’assiduité» ne le seront pas. «Ca arrive un peu tard mais c’est bien, reconnaît Enora Hamon. L’important était d’abord de gérer les examens pour trouver une sortie de crise. (...) Si chacun s’y met, on devrait pouvoir s’en sortir.»

Un optimisme partagé par Promotion et défense des étudiants (PDE). Son président Gregory Golf réclamait cet entretien «depuis deux semaines», il en sort plutôt satisfait: «on avait demandé une levée de fonds pour aider les étudiants au cas par cas, la circulaire part demain». Sans surprise, des syndicalistes, le plus satisfait au sortir du ministère est sans doute le délégué national de l’UNI, Rémi Martial. Il évoque une «discussion positive» avec Valérie Pécresse durant laquelle «la ministre a répondu à pas mal d’inquiétudes». Rémi Martial a également demandé à ce que «ceux qui bloquent et ceux qui dégradent les universités» soient sanctionnés, professeurs comme étudiants. Là, dessus, «la ministre ne nous a pas répondu».

«On avait demandé des examens avant fin juin»
Loin de susciter l’approbation des syndicalistes, la promesse de voir les examens se tenir en juillet ou septembre, fait tache, en dépit des mesures d’urgence prises ce lundi. «On avait demandé des examens avant fin juin, indique le délégué national de l’Uni. Mais c’est un moindre mal, on préfère que les examens aient lieu en septembre plutôt qu’ils ne valent rien.» Quant aux blocages, encore d’actualité dans une dizaine d’universités, l’Uni comme la Confédération étudiante considèrent que Valérie Pécresse ne peut plus faire grand chose.
 
Valérie Pécresse a donné rendez-vous aux mêmes organisations étudiantes début juillet. Assurant au représentant de l’UNI qu’il n’y aurait pas de recul sur l’autonomie des universités…

Publié dans Actu étudiante

Commenter cet article