Sécurité sociale étudiante : assurer sa rentrée

Publié le par Esprit Campus

www.news-assurances.com

Les études supérieures sont un premier pas vers l’indépendance. En spécialisant leurs scolarités, les étudiants font un choix de carrière et de vie.
A cette occasion, l’étudiant devient un assuré social indépendant car l’entrée dans un établissement d’enseignement supérieur oblige à s’inscrire pour la première fois à la sécurité sociale et à ne plus dépendre du régime des parents.

L’adhésion à la sécurité sociale étudiante est obligatoire, sauf dans quelques cas spécifiques (lien pour tableau).
Elle correspond à la prise en charge des soins de santé en cas de maladie et de maternité pendant la durée des études.
Elle se renouvelle à chaque rentrée universitaire et couvre l’ayant droit du 1er octobre au 30 septembre de l’année suivante, sauf dans certains cas de rentrées décalées.

Affiliation obligatoire à une mutuelle étudiante

L’inscription est obligatoire et se fait lors de l’inscription administrative dans un établissement d’enseignement supérieur. Quelles que soient le type de structure (BTS, IUT, classes préparatoires, universités), l’étudiant doit s’inscrire à une « mutuelle étudiante ». Il a alors le choix entre La Mutuelle Des Etudiants (LMDE – Centre 601) et l’une des mutuelles régionales regroupées dans l’Union nationale des Sociétés Etudiantes Mutualistes (USEM - SMENO) qui sont affiliées au centre 617.

Ces organismes sont habilités à collecter les cotisations des étudiants et à verser les remboursements. Ils sont appelés « mutuelles » mais ils gèrent bien la part « obligatoire » des remboursements des frais de santé. Le même organisme peut également fournir une « complémentaire santé » (lien pour articles complémentaires santé étudiantes) mais l’adhésion n’est pas obligatoire.

La cotisation est fixée par arrêté ministériel et s’élève à 195 euros pour l’année universitaire 2008/2009. Les boursiers sont dispensés du paiement de la cotisation, mais doivent tout de même s’inscrire, comme les moins de 20 ans, sauf quand le parent dont ils sont ayant droit dispose d’un régime spécial (lien pour tableau).
Les 195 euros viennent s’ajouter aux droits à payer pour l’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur.

Benoit MARTIN 

Publié dans Santé

Commenter cet article