Coût de la rentrée universitaire 2009: globalement stable, selon le ministère de l'Enseignement supérieur

Publié le par Esprit Campus

tempsreel.nouvelobs.com  - AP  25.08.2009

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a indiqué mardi qu'au vu des indicateurs de prix, le coût de la rentrée pour les étudiants sera "globalement stable par rapport à l'an dernier".


Dans un communiqué, le ministère constate, sur la base des derniers chiffres de l'INSEE, que "l'alimentation, les fournitures scolaires et les équipements informatiques, principaux postes de dépenses des étudiants sont généralement à la baisse".
Il ajoute que, "plus généralement, l'inflation observée de juillet 2008 à juillet 2009 est de -0,7%".

S'agissant du logement, le ministère note que les loyers sont "en stagnation" dans le parc CROUS et que la hausse a connu "un très fort ralentissement" en 2009 dans le parc privé.

De même, la légère progression des frais d'inscription à l'université, comprise entre 2 et 8 euros, est "la plus faible hausse jamais effectuée", assure le ministère.

Ces chiffres contrastent fortement avec ceux avancés mardi par la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), selon laquelle la rentrée universitaire coûtera aux étudiants cette année 3% de plus qu'en 2008.

D'après la FAGE, qui réclame une allocation de rentrée étudiante de 400 euros, les étudiants non-boursiers devront débourser en septembre 3.054 euros à Paris (+4,1%) et 2.473 euros en province (+1,95%). AP


Scolarité - Une rentrée plus chère pour les étudiants ?


tf1.lci.fr

Logement, frais d'inscription, cotisations à la  sécurité sociale... Le coût de la rentrée étudiante a augmenté de 3 à 3,2 % en  2009 par rapport à 2008, selon l'Unef et la Fage, qui s'inquiètent des  conséquences de cette hausse pour les étudiants.

 D'après la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), qui a  rendu public mardi son indicateur annuel sur le coût de la rentrée, un étudiant  de licence devra débourser en moyenne 3.054,36 euros à Paris et 2.472,63 euros  en province pour la rentrée 2009, soit une hausse de 3% par rapport à 2008, dont  4,1% à Paris et 1,95 % en province. Ce budget correspond au coût de la vie que l'étudiant devra supporter tous  les mois, auquel s'ajoutent les frais d'inscription et d'installation. Selon l'Union nationale des étudiants de France (Unef), qui a rendu public  mardi son "panier de l'étudiant" 2009-2010, la hausse du coût de la vie  étudiante à l'occasion de la rentrée scolaire atteindra même 3,2% pour  l'ensemble des étudiants.

Principal responsable de cette hausse: le logement, dont le coût représente  50% du budget de rentrée étudiante. Surtout à Paris, où le prix, charges et  électricité comprises, a augmenté d'un peu plus de 10% en un an, selon la Fage. "Ceci s'explique par le manque crucial de logement étudiant, notamment  Crous, en région parisienne. Cette situation n'est pas prête de s'améliorer  notamment avec la destruction de 550 logements en région parisienne", estime la  deuxième organisation étudiante. Egalement pointés du doigt, les différents frais obligatoires, en hausse  sensible cette année. Selon l'Unef, les frais d'inscription ont ainsi augmenté  de 2% par rapport à 2008, tandis que les cotisations à la sécurité sociale  étudiante ont grimpé de 1,5%.

Le gouvernement dément une telle hausse

Le coût de l'alimentation, des loisirs et des fournitures n'ont en revanche  pas augmenté cette année, du fait de l'inflation négative. La baisse de ces  dépenses, toutefois, "ne permet pas de compenser ces augmentations", regrette la  première organisation étudiante. "Dans un contexte de crise économique, alors que les familles sur lesquelles  pèse le financement des études vont rencontrer plus de difficultés (...),  l'augmentation des renoncements ou des abandons d'études pour raisons  financières est à craindre", estime l'Unef. "Le coût de la rentrée devient un élément de sélection des étudiants",  renchérit la Fage, qui s'alarme de la situation difficile des classes moyennes,  qui ne bénéficient pas des bourses étudiantes. Les deux organisations, pour ces raisons, demandent une série de mesures: allocation de rentrée étudiante de 400 euros pour la  Fage, création d'un 10ème mois de bourse et augmentation de celle-ci de 10%.

Réagissant aux publications des deux syndicats étudiants, le ministère de  l'Enseignement supérieur et de la recherche a assuré mardi soir que le coût de  la rentrée étudiante en 2009 était "globalement stable par rapport à l'an  dernier, au vu des indicateurs de prix". "Dans le parc Crous, les loyers sont en stagnation", a affirmé le ministère  dans un communiqué. "Dans le parc locatif privé, depuis le début de l'année  2009, la hausse des loyers a connu un très faible ralentissement", a-t-il  ajouté. Selon le ministère, la hausse des frais d'inscriptions est par ailleurs  restée "très faible", de l'ordre de 2 à 8 euros

Publié dans Actu étudiante

Commenter cet article