À quoi vous a servi votre mention au bac ?

Publié le par Esprit Campus

Il y a plusieurs générations, décrocher son bac était le sésame ultime pour accéder aux études supérieures. Depuis quelques années, les bacheliers placent toutefois la barre un cran au dessus et visent de plus en plus la mention.

 

L’année dernière, ils étaient près d’un sur deux (48,6%) à obtenir une moyenne supérieure à 12/20, synonyme de mention. De 12 à 14/20, on décroche une mention assez bien, de 14 à 16, bien et pour une moyenne supérieure ou égale à 16, la mention très bien. «Dans le temps, on se distinguait en ayant le bac. Maintenant, on se distingue avec la mention bien ou très bien. Cela rétablit une certaine hiérarchie», a déclaré récemment au Parisien le sénateur (UMP) du Nord, Jacques Legendre, auteur, en 2008, d’un rapport sur le bac.

 

Toutefois, la mention, bien que de plus en plus prisée, n'est pas nécessaire pour accéder aux études supérieures. Tous les dossiers pour des candidatures en université, BTS, IUT ou classes préparatoires sont, en effet, envoyés avant les épreuves du bac. Seules quelques filières sélectives imposent l’obtention d’une mention.

Autre motivation, les titulaires d’un bac mention très bien peuvent décrocher une bourse au mérite sous certaines conditions ou encore recevoir une rétribution de la part de certains établissements bancaires et de certains Conseils généraux.

 

Bien démarrer dans les études supérieures


Mais au-delà des distinctions reçues et des avantages accordés, beaucoup de bacheliers évoquent avant tout un challenge personnel qui est gage de réussite dans la poursuite d’études. «Si vous avez eu mention très bien au bac et que vous préparez les concours, vous avez une chance sur trois de vous retrouver à HEC, à l’ESSEC, ou à l’ESCP. De quoi se donner confiance !», affirme le site létudiant.fr. Plus sûr de lui, un étudiant titulaire d’une mention aurait également plus de chance de réussir en première année de fac.

 

sur le site du figaro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article