Les rames, c'est la galère !

Publié le par Esprit Campus

logoParisNormandie.jpgLe 11 février 2010



«Métro, c'est trop… » A l'époque où Téléphone lançait son tube, Olivier Verbauwhede et Hugo Larcher n'étaient pas encore nés
. Et pourtant, ces deux étudiants en quatrième année à l'Insa du Madrillet, à Saint-Etienne-Du-Rouvray, reprendraient bien à leur compte ce refrain : « Depuis le regroupement de l'Insa à la rentrée sur le site du Technopôle, c'est la galère pour emprunter les transports en commun, le métro en particulier qui est bondé et souvent en retard », explique Olivier. En guise de constat, les deux futurs ingénieurs ont mis en ligne une vidéo à base d'interview et de caméras embarquées. « Et en seulement trois jours de tournage, nous avons eu assez de matière. C'est bien la preuve que nous n'inventons rien ».

Ecoutés mais pas entendus

Et pourtant, on ne peut pas dire que ces deux membres du conseil de la vie étudiante de l'école d'ingénieurs n'ont pas tiré le signal d'alarme. « En 2008, on avait alerté les services de l'agglomération sur l'arrivée de près de 800 personnes supplémentaires sur le site (qui en compte aujourd'hui près de 2000 en comptant le personnel, NDLR) et sur les problèmes de transport que cela allait engendrer. On s'aperçoit aujourd'hui que nous avions vu juste ».
Une large enquête, remise à l'Agglo devenue aujourd'hui la Crea, avait même été effectuée à leur initiative au sein des principales écoles rouennaises pour demander aux étudiants les problèmes rencontrés et leurs attentes vis-à-vis des transports en commun. « On a eu l'impression d'être écoutés, mais visiblement pas entendus ».
Victime de son succès le métro ? C'est certain. Le problème est connu et l'achat de nouvelles rames plus grandes à l'horizon 2012 devrait solutionner une partie du problème. Mais en attendant ? « On aimerait que des moyens soient débloqués pour une solution, même temporaire, adaptée aux besoins actuels ». Avec une pensée également pour les étudiants en résidence sur le Madrillet qui ont toutes les peines du monde à rejoindre le centre-ville de Rouen une fois le soir venu ou à rentrer chez eux.

Publié dans Actu étudiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article