Moyens 2012 des universités: boycott massif d'une réunion avec le ministère

Publié le par Esprit Campus

Les représentants de la communauté universitaire ont massivement boycotté lundi la réunion du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser), où le ministère devait présenter la répartition pour 2012 des moyens de fonctionnement des universités.

 

Les représentants de la communauté universitaire ont massivement boycotté lundi la réunion du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser), où le ministère devait présenter la répartition pour 2012 des moyens de fonctionnement des universités.

 

Dans une "déclaration commune", diffusée à l'AFP, la quasi-totalité des syndicats d'enseignants-chercheurs, l'organisation étudiante Unef et l'association de parents Peep-Sup ont annoncé leur boycott "en signe de profonde réprobation et de colère" contre ce qu'ils considèrent comme un manque de transparence et "les opérations de camouflage" du ministère.

 

"Seuls 14 des 68 personnes devant siéger au Cneser plénier ont signé les feuilles d'émargement. Ce large boycott est un camouflet pour le gouvernement", a commenté à l'AFP Stéphane Tassel, secrétaire général du Snesup-FSU, premier syndicat d'enseignants-chercheurs.

 

"A ma connaissance, ce boycott du Cneser plénier budgétaire est même une première", a-t-il ajouté.`

 

Pour M. Tassel, les documents reçus "dans la nuit de samedi à dimanche" par la communauté universitaire pour préparer la réunion sont "indigents" et ne permettent d'analyser les chiffres donnés.

 

Selon un document budgétaire qui devait être débattu lundi, les moyens de fonctionnement des universités progresseront en 2012 de 25,2 millions d'euros, soit 1,2 % en moyenne, contre 78,4 M en 2011 et 138 M en 2010.

 

Alors que le ministre Laurent Wauquiez avait affirmé à l'automne, en présentent son budget global 2012, que le supérieur et la recherche restaient "une priorité" du gouvernement, les syndicats avaient jugé ce budget "en trompe l'oeil" et "en régression", avant même de connaître la répartition par établissement.

 

Sur le site lepoint.fr

Commenter cet article