À Avignon, Nicolas Sarkozy veut séduire les jeunes avec 500 millions d'Euros

Publié le par Esprit Campus

france24.com le 29 septembre 2009

Nicolas Sarkozy devait annoncer mardi un plan d'aide à la jeunesse d'un montant de 500 millions d'euros qui inclut l'extension sous condition aux jeunes de 18 à 25 ans du revenu de solidarité active (RSA).

Ce plan, qui s'inspire largement des conclusions d'une commission de concertation sur la politique de la jeunesse publiées cet été, prévoit en outre des mesures comme la création d'un service public d'orientation des jeunes regroupant tous les dispositifs existants ou d'un contrat de parcours individualisé pour les 16-18 ans qui ont quitté le système scolaire.

Il comprend un volet autonomie pour la catégorie d'âge la plus touchée par la crise, avec un taux de chômage qui a augmenté de plus de cinq points en un an pour atteindre 23,9 %.

Son principal point est l'extension du RSA, mis en place cette année pour les travailleurs pauvres, aux jeunes actifs de moins de 25 ans à condition qu'ils aient travaillé au moins deux ans sur les trois dernières années, a indiqué l'Élysée.

Un total de 160 000 personnes sont concernées, dont 40 000 au titre du complément d'activité, pour un coût total de 250 millions d'euros.

S'y ajoutent des mesures comme l'extension du paiement des bourses universitaires de neuf à dix mois dans les établissements qui décident d'allonger l'année scolaire dans les mêmes proportions conformément au plan de réforme de l'université ou le doublement de l'aide complémentaire santé, de 100 à 200 euros, aux 15 % de jeunes qui n'ont pas de mutuelles.

Nicolas Sarkozy va enfin annoncer un renforcement du service civique, qui permet aux jeunes d'accomplir des missions d'intérêt général sur une base volontaire, avec l'objectif qu'il soit rejoint par 10 000 jeunes en 2010 et, à terme, par 10 % d'une classe d'âge.

Toutes ces mesures seront financées sans prélèvement supplémentaires, a assuré l'Élysée, étant rattachées pour l'essentiel au fonds de financement du RSA ou au Fonds d'investissement social (Fiso).

Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet

Publié dans Actu étudiante

Commenter cet article